Protocoles

Les protocoles de soins sont adaptés à des plaies dites "chroniques", c'est à dire des plaies qui ne se sont pas refermées depuis 4 à 6 semaines. 

Préparation des soins: L'usage systématique des antiseptiques lors des changements de pansements sont déconseillés par les professionnels de la santé. Des études démontrent leur action néfaste sur les bactéries "saprophytes", c'est à dire des bactéries inoffensives qui sont naturellement présentes sur la peau et qui participent activement à la reconstruction de la peau, en symbiose avec l'organisme.

Les professionnels de la santé recommandent un nettoyage (on parle de débridement mécanique) à l'aide de savon doux (pas de gel douche!), d'eau tiède et un gant de toilette si la plaie est grande ou une compresse en coton tissé si la plaie est de petite surface.

Quand désinfecter une plaie? 

En première intention, on lave une plaie pour en dégager les corps étrangers et/ou les tissus morts ou abîmés. 

Toutes les plaies sont colonisées par des germes bactériens. Ce qui est important ce sont les symptômes qui doivent alerter le patient d'une évolution défavorable. 

Si la plaie est propre, de l'eau et du savon doux suffisent, associés à un bon nettoyage (compresse,...) 

Si il y a des signes d'une inflammation, il y a lieu de distinguer quatre stades différents, allant du moins grave au plus sévère.

Stade 1: association de trois symptômes: rougeur, douleur, chaleur (dans et) autour de la plaie. 

Explication: il y a un développement local de bactéries pathogènes (de mauvaises bactéries) et le corps réagit normalement (c'est l'inflammation) en luttant contre ces bactéries. Ceci implique l'action des globules blancs et des macrophages.

Il y a lieu d'agir localement en luttant contre la douleur.

Stade 2: présence de pus, en plus des symptômes du stade 1.

Explication: la destruction des bactéries par les globules blancs et des tissus morts par les macrophages entraine la production d'une substance blanchâtre, le pus.

Il y a lieu d'agir localement avec l'application d'un antiseptique, naturel ou synthétique.

Stade 3: présence de fièvre, en plus des symptômes du stade 2.

Explication: l'infection n'est plus locale, elle est passée dans le sang. Le corps lutte et réagit en augmentant sa température pour tenter de tuer les bactéries. C'est le principe de la fièvre.

Il y a lieu de consulter son médecin au plus vite et d'agir par voie systémique (un médicament).

Stade 4: gangrène et risque de septicémie. La vie du patient est en danger.

Ce stade entraîne une hospitalisation d'urgence et la prise en charge du patient.